Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/10/2015

L'Apocalypse selon saint François d'Assise

220px-San_Francesco.jpg

Nous fêtons aujourd'hui saint François. Avant sa mort, ce dernier a annoncé un grand schisme, des persécutions et des milliers de morts. La traduction de ce texte provient du site touteslespropheties.net. On trouvera ici le texte latin de cette prophétie, dans un ouvrage publié en 1739...

Ayant convoqué ses frères peu de temps avant de mourir, en 1226, Saint François d'Assise les a avertis des tribulations futures, disant :

« Mes frères agissez avec force, ayez de la fermeté et soyez dans l’attente du Seigneur.

Une grande époque de tribulations et d’affliction dans laquelle de grands périls et des embarras temporels et spirituels pleuvront, la charité d’un grand nombre se refroidira et l’iniquité des méchants surabondera.

Le pouvoir des démons sera plus grand que d’ordinaire, la pureté immaculée de notre congrégation religieuse et des autres sera flétrie, au point que très peu parmi les chrétiens voudront obéir au vrai Souverain Pontife et à l’Eglise Romaine avec un cœur sincère et une charité parfaite.

Au moment décisif de cette crise, un personnage non canoniquement élu, élevé à la Papauté, s’efforcera avec adresse de communiquer à beaucoup le poison mortel de son erreur.

Alors les scandales se multiplieront, notre congrégation religieuse sera divisée, plusieurs parmi les autres seront complètement détruites, parce que leurs membres ne s’opposeront pas mais consentiront à l’erreur.

Il y aura tant et de telles opinions et divisions dans le peuple, et chez les religieux et chez les clercs que si ces jours mauvais n’étaient abrégés, comme l’annonce l’Evangile, même les élus pourraient tomber dans l’erreur, si dans un tel ouragan ils n’étaient pas protégés par l’immense miséricorde de Dieu.

Alors notre Règle et notre manière de vivre seront attaquées très violemment par certains.

D’effroyables tentations surviendront.

Ceux qui auront été très éprouvés en bien recevront la couronne de vie.

Malheur éternel à ceux qui s’attiédiront en mettant leur seule espérance dans leur vie de religion, qui ne résisteront pas fermement aux tentations permises pour l’épreuve des élus.

Ceux qui dans la ferveur de l’esprit s’attacheront à la piété avec charité et le zèle de la vérité, recevront des persécutions et des injures comme désobéissants et schismatiques.

Car leurs persécuteurs, aiguillonnés par les esprits mauvais diront que c’est faire un grand hommage à Dieu de tuer et de faire disparaître de la terre des hommes si mauvais.

Alors le Seigneur sera le refuge des affligés et il les sauvera parce qu’ils auront espéré en lui.

Et alors pour se conformer à leur Chef, ils agiront selon la Foi et ils choisiront d’obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes, gagnant par la mort la vie éternelle.

Ne voulant pas consentir à l’erreur et à la perfidie, ils ne craindront absolument pas la mort.

Alors la vérité sera tenue dans le silence par certains prédicateurs alors que d’autres la foulant aux pieds la nieront.

La sainteté de vie sera tenue en dérision par ceux qui la professent extérieurement, c’est pourquoi Notre Seigneur Jésus-Christ leur enverra non pas un digne pasteur, mais un exterminateur ».

L'éditeur du livre de 1739 ajoute en marge : « An haec prophetia completa sit vel adhuc complenda, dubitatur », c'est-à-dire : « Que cette prophétie soit accomplie, ou qu'elle soit encore à accomplir, c'est ce sur quoi on hésite. » Mais il semble bien que cette prophétie ne se soit pas encore réalisée. En effet, les trois éléments relevés et mis en gras dans le texte (un schisme, des persécutions, et des milliers de morts) correspondent au contenu de messages récents, ceux reçus à Akita (Japon). Voici ce qu'annonçait la Sainte Vierge à Sœur Agnès Sasagawa le 13 octobre 1973, dans des apparitions reconnues comme authentiques par l'évêque du lieu :

« Ma chère fille, écoute bien ce que je vais te dire et informes-en ton Supérieur. Comme je te l’ai déjà dit, si les hommes ne se repentent et ne s’améliorent pas, le Père céleste va infliger un châtiment terrible à l’humanité tout entière. Ce sera un châtiment plus grave que le déluge, tel qu’on n’en a encore jamais vu. Un feu tombera du ciel et anéantira une grande partie de l’humanité, n’épargnant ni les prêtres ni les fidèles. Les survivants se trouveront dans une telle désolation qu’ils envieront les morts. Les seules armes qui vous resteront alors seront le Rosaire et le Signe que le Fils a laissé. Priez tous les jours le Rosaire pour le pape, les évêques et les prêtres. L’action du diable s’infiltrera même dans l’Église, de sorte qu’on verra des cardinaux s’opposer à des cardinaux et des évêques se dresser contre d’autres évêques. Les prêtres qui me vénéreront seront méprisés et combattus par leurs confrères. Les églises et les autels seront saccagés. L’Église sera pleine de ceux qui acceptent les compromis. Le démon poussera beaucoup de prêtres et de consacrés à quitter le service du Seigneur. Il s’acharnera spécialement contre les âmes consacrées à Dieu. La perspective de la perte de nombreuses âmes me rend triste. Déjà la coupe déborde; si les péchés croissent en nombre et en gravité, bientôt il n’y aura plus de pardon pour ceux-ci...» (Source)

Ce 13 octobre de l'année 1973 en évoque un autre, celui de l'année 1917, jour où une foule immense a vu à Fatima le soleil se rapprocher de la terre... ce qui semble précisément faire écho aux deux textes cités ici.

13/09/2015

L'herméneutique de la continuité à l'épreuve des textes

  On nous dit et nous répète que Vatican II ne s'oppose pas au magistère antérieur de l’Église catholique. Il n'y aurait pas de rupture doctrinale entre l'avant et l'après-concile. Cela signifie que les textes d'avant Vatican II demeurent valides, et ne sont en aucun cas annulés et modifiés par les publications conciliaires. C'est ce que l'on appelle « l'herméneutique de la continuité ». Dès lors, comment comprendre et concilier les textes confrontés dans le tableau ci-dessous ? Comment, surtout, ne pas y voir des contradictions ?

   NB : chaque citation est accompagnée d'un lien vers le texte intégral, que le lecteur pourra ainsi consulter. Ce tableau, commencé le 11 septembre 2015, est destiné à se développer et à faire l'objet de mises à jour régulières. Afin de ne pas encombrer le blog, chaque nouvelle version de ce tableau remplacera la précédente.

 

 

MAGISTERE DE VATICAN II OU APRES

MAGISTERE AVANT VATICAN II

1

« La religion du Dieu qui s'est fait homme s'est rencontrée avec la religion (car c'en est une) de l'homme qui se fait Dieu. Qu'est-il arrivé ? Un choc, une lutte, un anathème ? Cela pouvait arriver ; mais cela n'a pas eu lieu. »

 

Volonté explicite de passer par-dessus « les ruptures qui séparèrent l'Église de la civilisation profane au cours des siècles derniers, surtout au XIXe et en notre siècle »

 

Paul VI, discours de clôture du Concile Vatican II, le 7 décembre 1965.

Proposition LXXX condamnée par le Syllabus de Pie IX : « Le Pontife Romain peut et doit se réconcilier et transiger avec le progrès, le libéralisme et la civilisation moderne. »

2

Décret Unitatis redintegratio (n°4)qui encourage les réunions œcuméniques :

 

« au cours de réunions de chrétiens de diverses Églises ou communautés, organisées dans un esprit religieux, le « dialogue » mené par des experts bien informés, où chacun explique plus à fond la doctrine de sa communauté et montre de façon claire ce qui la caractérise. Par ce dialogue, tous acquièrent une connaissance plus conforme à la vérité, en même temps qu’une estime plus juste de l’enseignement et de la vie de chaque communauté. »

Pie XI sur les réunions où sont invités « tous les hommes indistinctement, les infidèles de tout genre comme les fidèles du Christ, et même ceux qui, par malheur, se sont séparés du Christ ou qui, avec âpreté et obstination, nient la divinité de sa nature et de sa mission » :

 

« De telles entreprises ne peuvent, en aucune manière, être approuvées par les catholiques, puisqu'elles s'appuient sur la théorie erronée que les religions sont toutes plus ou moins bonnes et louables, en ce sens que toutes également, bien que de manières différentes, manifestent et signifient le sentiment naturel et inné qui nous porte vers Dieu et nous pousse à reconnaître avec respect sa puissance. En vérité, les partisans de cette théorie s'égarent en pleine erreur, mais de plus, en pervertissant la notion de la vraie religion ils la répudient, et ils versent par étapes dans le naturalisme et l'athéisme. La conclusion est claire : se solidariser des partisans et des propagateurs de pareilles doctrines, c'est s'éloigner complètement de la religion divinement révélée.  » (encyclique Mortalium animos)

3

Décret Unitatis redintegratio (n°3) :

« au cours des siècles suivants naquirent des dissensions plus graves, et des communautés considérables furent séparées de la pleine communion de l’Église catholique, parfois par la faute des personnes de l’une ou de l’autre partie. Ceux qui naissent aujourd’hui dans de telles communautés et qui vivent de la foi au Christ, ne peuvent être accusés de péché de division, et l’Église catholique les entoure de respect fraternel et de charité. En effet, ceux qui croient au Christ et qui ont reçu validement le baptême, se trouvent dans une certaine communion, bien qu’imparfaite, avec l’Église catholique. »

→idée selon laquelle il existerait une gradualité dans la communion (ou la séparation) avec l’Église.

« «Rien ne saurait être plus dangereux que ces hérétiques qui, conservant en tout le reste l'intégrité de la doctrine, par un seul mot, comme par une goutte de venin, corrompent la pureté et la simplicité de la foi que nous avons reçue de la tradition dominicale, puis apostolique» (Auctor, Tractalus de Fide Orthodoxa contra Arianos). Telle a été toujours la coutume de l'Eglise, appuyée par le jugement unanime des saints Pères, lesquels ont toujours regardé comme exclu de la communion catholique et hors de l'Eglise quiconque se sépare le moins du monde de la doctrine enseignée par le magistère authentique. » (Encyclique Satis Cognitum, de Léon XIII ; version anglaise sur le site du Vatican)

→idée selon laquelle il suffit de trahir la foi catholique sur un seul point pour être considéré comme purement et simplement exclu de la communion catholique (pas de gradualité).

4

Décret Unitatis redintegratio (n°1) :

« À ce mouvement vers l’unité, qu’on appelle le mouvement œcuménique, prennent part ceux qui invoquent le Dieu Trinité et confessent Jésus comme Seigneur et Sauveur, non seulement pris individuellement, mais aussi réunis en communautés dans lesquelles ils ont entendu l’Évangile et qu’ils appellent leur Église et l’Église de Dieu. Presque tous cependant, bien que de façon diverse, aspirent à une Église de Dieu, une et visible, vraiment universelle, envoyée au monde entier pour qu’il se convertisse à l’Évangile et qu’il soit ainsi sauvé pour la gloire de Dieu. »

→idée selon laquelle l'unité serait à construire.

Pie XI : « Ils soutiennent, en effet, que l'unité de foi et de gouvernement, caractéristique de la véritable et unique Eglise du Christ, n'a presque jamais existé jusqu'à présent et n'existe pas aujourd'hui; que cette unité peut, certes, être souhaitée et qu'elle sera peut-être un jour établie par une entente commune des volontés, mais qu'il faut entre-temps la tenir pour une sorte de rêve. »

(encyclique Mortalium animos)

 

→idée selon laquelle l'unité est déjà réalisée dans l'Église catholique.

5

Décret Unitatis redintegratio (n°3) :

« De plus, parmi les éléments ou les biens par l’ensemble desquels l’Église se construit et est vivifiée, plusieurs et même beaucoup, et de grande valeur, peuvent exister en dehors des limites visibles de l’Église catholique : la Parole de Dieu écrite, la vie de grâce, la foi, l’espérance et la charité, d’autres dons intérieurs du Saint-Esprit et d’autres éléments visibles. Tout cela, qui provient du Christ et conduit à lui, appartient de droit à l’unique Église du Christ.

 

De même, chez nos frères séparés s’accomplissent beaucoup d’actions sacrées de la religion chrétienne qui, de manières différentes selon la situation diverse de chaque Église ou communauté, peuvent certainement produire effectivement la vie de grâce, et l’on doit reconnaître qu’elles donnent accès à la communion du salut. »

« [l'Église catholique] croit fermement, professe et prêche qu' "aucun de ceux qui se trouvent en dehors de l'Eglise catholique, non seulement païens mais encore juifs ou hérétiques et schismatiques ne peuvent devenir participants à la vie éternelle, mais iront "dans le feu éternel qui est préparé par le diable et ses anges" (Mt 25,41) à moins qu'avant la fin de leur vie ils ne lui aient été agrégés ; elle professe aussi que l'unité du corps de l'Eglise a un tel pouvoir que les sacrements de l'Eglise n'ont d'utilité en vue du salut que pour ceux qui demeurent en elle, pour eux seuls jeûnes, aumônes et tous les autres devoirs de la piété et exercices de la milice chrétienne enfantent les récompenses éternelles, et que "personne ne peut être sauvé, si grandes que soient ses aumônes, même s'il verse son sang pour le nom du Christ, s'il n'est pas demeuré dans le sein et dans l'unité de l'Eglise catholique." (Pape Eugène IV, bulle Cantate Domino, 4 février 1442, cité dans DENZINGER, Enchiridion Symbolorum,n° 1351)

6

Déclaration sur la liberté religieuse (Dignitatis humanae), n° 3 :

« Mais c’est par sa conscience que l’homme perçoit et reconnaît les injonctions de la loi divine ; c’est elle qu’il est tenu de suivre fidèlement en toutes ses activités, pour parvenir à sa fin qui est Dieu. Il ne doit donc pas être contraint d’agir contre sa conscience. Mais il ne doit pas être empêché non plus d’agir selon sa conscience, surtout en matière religieuse. »

Grégoire XVI, encyclique Mirari vos :

« De cette source empoisonnée de l'indifférentisme, découle cette maxime fausse et absurde ou plutôt ce délire : qu'on doit procurer et garantir à chacun la liberté de conscience ; erreur des plus contagieuses, à laquelle aplanit la voie cette liberté absolue et sans frein des opinions qui, pour la ruine de l'Église et de l'État, va se répandant de toutes parts, et que certains hommes, par un excès d'impudence, ne craignent pas de représenter comme avantageuse à la religion. »

7

Déclaration sur la liberté religieuse (Dignitatis humanae), n° 3 :

« [...] chacun a le devoir et, par conséquent le droit, de chercher la vérité en matière religieuse, afin de se former prudemment un jugement de conscience droit et vrai, en employant les moyens appropriés.

 

Mais la vérité doit être cherchée selon la manière propre à la personne humaine et à sa nature sociale, à savoir par une libre recherche, par le moyen de l’enseignement ou de l’éducation, de l’échange et du dialogue grâce auxquels les hommes exposent les uns aux autres la vérité qu’ils ont trouvée ou pensent avoir trouvée, afin de s’aider mutuellement dans la quête de la vérité. »

Proposition XV condamnée par le Syllabus de Pie IX :

« Il est libre à chaque homme d'embrasser et de professer la religion qu'il aura réputée vraie d'après la lumière de la raison. »

8

Décret Unitatis redintegratio (n°3) :

« De même, chez nos frères séparés s’accomplissent beaucoup d’actions sacrées de la religion chrétienne qui, de manières différentes selon la situation diverse de chaque Église ou communauté, peuvent certainement produire effectivement la vie de grâce, et l’on doit reconnaître qu’elles donnent accès à la communion du salut.

 

En conséquence, ces Églises et communautés séparées, bien que nous croyions qu’elles souffrent de déficiences, ne sont nullement dépourvues de signification et de valeur dans le mystère du salut. L’Esprit du Christ, en effet, ne refuse pas de se servir d’elles comme de moyens de salut, dont la vertu dérive de la plénitude de grâce et de vérité qui a été confiée à l’Église catholique. »

Proposition XVI et XVII condamnées par le Syllabus de Pie IX :

« XVI. Les hommes peuvent trouver le chemin du salut éternel et obtenir ce salut éternel dans le culte de n'importe quelle religion (1, 3, 17).

 

XVII. Tout au moins doit-on avoir bonne confiance dans le salut éternel de tous ceux qui ne vivent pas dans le sein de la véritable Église du Christ (13, 28). »

 

Pape Pie IX, encyclique Nostis et nobiscum :

« Il faut veiller spécialement à ce que les fidèles eux-mêmes aient profondément gravé dans l'esprit le dogme de notre très sainte religion sur la nécessité de la foi catholique pour obtenir le salut. »

9

Jean-Paul II, Veritatis Splendor, n°3 :

« L'Eglise sait que la question morale rejoint en profondeur tout homme, implique tous les hommes, même ceux qui ne connaissent ni le Christ et son Evangile, ni même Dieu. Elle sait que précisément sur le chemin de la vie morale la voie du salut est ouverte à tous[...]»

Grégoire XVI, encyclique Mirari vos :

« Nous venons maintenant à une cause, hélas ! trop féconde des maux déplorables qui affligent à présent l'Église. Nous voulons dire l'indifférentisme, ou cette opinion funeste répandue partout par la fourbe des méchants, qu'on peut, par une profession de foi quelconque, obtenir le salut éternel de l'âme, pourvu qu'on ait des mœurs conformes à la justice et à la probité. »

18/08/2015

Renonciation de Benoît XVI et question de sa validité : un spécialiste réagit

Benoît François.jpg

    Un spécialiste de l'histoire de l’Église a gentiment accepté de lire les deux derniers articles publiés sur ce blog (ici et ). Son nom ne sera pas divulgué, afin d'éviter de le mêler à une éventuelle polémique. Suite à sa lecture, il a souhaité rappeler les trois points suivants :

   1) Il n'existe pas de preuve certaine de l'invalidité de cette renonciation, ni de l'élection du cardinal Bergoglio ; on doit donc les considérer comme valides jusqu'à preuve certaine du contraire ;

  2) Benoît XVI lui-même a toujours affirmé avoir agi librement, et n'a jamais fait état d'aucune pression ;

   3) Une éventuelle déclaration d'invalidité ne pourrait être que le fait de membres de l’Église enseignante (un groupe d'évêques et/ou de cardinaux), et en aucun cas de laïcs.

   Il faut garder ces précisions à l'esprit : elles constituent d'excellents garde-fous lorsque l'on s'intéresse à la renonciation de Benoît XVI et aux circonstances extrêmement troublantes dans lesquelles elle s'est produite.